LES JE DIS CINÉMA ET DROITS DE L’HOMME

UN FILM = UN DEBAT

 

Les « je dis cinéma et des droits de l’Homme » est un événement mensuel qui a pour objectifs : la sensibilisation aux droits de l’Homme et à la démocratie et la contribution à l’augmentation et au renforcement de la capacité de résistance aux assauts contre les droits humains et la démocratie. Cet événement vise également à faire émerger des volontés de nouveaux défenseurs des droits de l’Homme.

Pour l’ARMCDH, les JCDH sont une importante contribution dans la promotion de la culture des droits humains et de la démocratie : l’universalité de ces valeurs-là, de droits et de la démocratie, ne peut être comprise et véhiculée que par un moyen aussi universel qu’est le cinéma.[…]

La culture des droits humains et de la démocratie ne peut se construire que dans le croisement des regards entre les différentes réalités des différents pays : projeter des films sur les problématiques attachées à ces questions permet au public-cible d’identifier les similitudes des problèmes des droits humains partout dans le monde : ceci représente une manière et propose un nouveau regard pour saisir et de comprendre l’universalité des défis qui attendent les défenseurs des droits de l’Homme.

En plus de l’image-cinéma, les JCDH ambitionnent de créer un réel espace de débat franc, serin et respectueux des différences sur les multiples questions interpellant les droits de l’Homme et la démocratie. A partir de là, il s’agit de contribuer à enrichir l’espace public par un débat distingué et riche de référence universelles, au moment où l’espace public se cloisonne dans des réflexions limitées à des réalités locales, puisant dans l’ignorance et dans le conservatisme. Il s’agit également de réaliser cet objectif d’élargir le spectre de la connaissance du monde qui nous entoure, de s’ouvrir sur le monde global, puis de lever la barre des ambitions de démocratie et des droits humains auprès des jeunes.

Lancés en septembre 2011, les JCDH ont lieu tout les mois dans six villes du royaume, avec sept projections -film documentaire ou fiction- et en invitant le réalisateur à en débattre, ou en faisant intervenir un militant des droits humains là-dessus.

lire la suite...