La Nuit Blanche du cinéma et des droits de l’Homme a trouvé son impulsion dans le vent de liberté qui a soufflé sur l’espace public, au moment des soulèvements populaires dans la région sur Maghreb, lors des évènements de 2011. Avec ces événements, nous avons assisté à l’ouverture d’espace de réflexion, d’échanges et de débats libres entre toutes les composantes de la société. Des espaces mixtes et pluriels ont vu le jour. Des hommes, des femmes, jeunes et moins jeunes, de toutes confessions et couleurs politiques confondues, ont fait entendre leurs voix.

Cet esprit inspire la nuit blanche du cinéma et droit de l’Homme depuis sa première édition. Chaque année, toute une nuit, des films, documentaires, fictions, et court-métrages, suivis le lendemain d’un débat, témoignent à la fois de la créativité cinématographique et de la réflexion contemporaine sur les thèmes qui font vivre aujourd’hui l’espace public de la région du MENA.